dimanche 11 septembre 2016

Feedback #2 : Prendre le temps

Comment allez-vous, depuis la semaine dernière ? Avez-vous pu "tester" l'aventure Croire en Soi que je vous ai proposé la dernière fois ? Qu'avez-vous retiré, de cette expérience ? Quels en sont les résultats ?

N'hésitez pas à faire part de vos propres aventures en laissant vos commentaires sous mes articles et/ou en m'adressant un message privé en complétant le formulaire en bas ci-contre : j'ai à cœur de personnaliser chacune de mes réponses à votre égard ! :-D

En ce qui me concerne, je suis ravie de vous retrouver aujourd'hui pour le débriefing de ce tout nouveau Challenge Bien-Être, proposé il y a, déjà, une semaine... 

Feedback #2 : Prendre le temps 

Pour la réalisation de cet exercice, je vous propose de reprendre chaque jour de cette semaine, pour vous faire part de ma propre expérience sur le sujet.

- Lundi :  


C'est lundi, la reprise de la semaine, des impératifs, du rythme des contraintes, des obligations, du travail, des rendez-vous, première matinée challenge... Et, oups ! J'ai déjà oublié d'imprimer son contenu pour le garder en visuel : premier raté :-( Allez, c'est pas grave, je reste malgré tout concentrée, et dans le désir de bien démarrer la semaine avec une réussite quasi absolue dans la pratique de l'exercice d'ici dimanche ! Y a de l'ambition dans l'air ^^
Mais... ha ha... La bonne blague... :-s La journée commence plutôt mal avec un sentiment d'être déjà à la bourre sur l'ensemble de mon planning journalier ! Nouveau rythme de garde de mon fils chez sa nounou, quelques obligations professionnelles à ne pas rater, et l'heure qui court d'un coup d'un seul sans savoir pourquoi. Alors, comme d'habitude (mon plus gros point négatif), en même temps que mon petit-déjeuner, je consulte, via mon téléphone, mon agenda, mon compte Facebook, mes e-mails, les dernières infos nationales... Tout ça pour avoir la sensation d'aller plus vite (aïe aïe aïe). Chose que je reproduis à chaque pause repas, sauf le soir, quand je suis avec ma famille (bonjour la démangeaison quand même) Pourtant, rien de mieux pour renverser son jus d'orange, se brûler avec le thé ou le café, mettre des miettes sur le sol que l'on a balayé...
Bref, je m'en rends compte peu de temps après : un début de journée complètement raté pour ce challenge, à l'image du reste de la journée, qui n'a été, jusqu'au coucher, qu'une succession de double (voire triple !) tâches à la fois, systématiquement ! Je repasse : je consulte mes e-mails en même temps et me brûle avec le fer ; je passe un coup de fil personnel, je surfe sur le net en même temps, et ne comprends la conversation téléphonique qu'à moitié ; je mange à midi, en solo, je textote à droite et à gauche, j'engloutis mon repas en peu de temps et j'ai faim une heure après ; je regarde un film le soir, je suis en train de vérifier une fois de plus mes e-mails et autres messages... Je veux avancer dans tout ce que j'ai à faire, et je mélange tout à la fois, dans mes actions et dans mes pensées. Du coup, je me sens surmenée, dépassée et fatiguée. Bref, c'est du propre ! (Et en plus pour une coach... ;-)

Point positif : je détecte que l'essentiel de ma "multitâch-ité" repose sur l'utilisation de mon téléphone et de ses nombreuses applications de communication tout au long de la journée (je ne suis pas jeux : un problème de moins à régler ! Ouf !)

- Mardi


Je m'y prends déjà mieux, avec l'inscription de l'objectif à réaliser noir sur blanc, sur un post-it que j'ai pris soin de coller la veille sur le set de mon petit-déjeuner (première étape de désintox en ce qui me concerne, puisque c'est surtout là que débute mon addiction à la multitâch-ité) ! Petit rappel à l'ordre dès le réveil, y a rien de mieux pour éviter la procrastination au sujet de "bien faire à partir d'aujourd'hui" ! Et, je vous l'affirme, ça fonctionne ! A peine est-ce que je pose les yeux sur la table de la cuisine que je laisse le téléphone sur mon bureau pour me concentrer sur ma première action de la journée : petit-déjeuner. Je reste tentée de le consulter, pour aller plus vite et ne pas perdre de temps plus tard en consultant mes affaires par la suite, mais n'étant pas très motivée à l'idée de me relever pour aller le chercher, je le laisse tranquille et m'attèle à mon petit-déjeuner bien sagement...
Dieu que c'est incroyable de se concentrer sur une seule et même tâche : en l'occurrence manger ! C'est d'ailleurs à cet instant précis, que ce que l'on appelle "manger consciemment" a pris tout son sens pour moi. Et je souris intérieurement. Parce que cela fait longtemps que je ne réalisais plus ce que je fais et ce que je goûte, avec les saveurs et les textures. Une fois avalé, je peux vous assurer que je me suis sentie satisfaite de ces forces acquises en pleine conscience ! Grande inspiration et en avant guingamp pour la suite des aventures !

Bilan ? Sentiment d'une certaine victoire, malgré la démangeaison de consulter mes e-mails et autres habitudes technologiques (que je réalise futiles : le monde ne se meurt pas sans les réseaux sociaux, si, si !) en même temps que ce premier devoir (finalement plaisir ?) journalier : petit-déjeuner. J'ai consulté mon téléphone par la suite, sans avoir à le rallumer avant la fin de matinée !

Je ne peux pas vous cacher que, par conséquent, je me suis appliquée à poursuivre mes efforts sur le reste de la journée, en prenant soin de détacher chaque action, les unes des autres, ce qui m'a permis de réaliser le rythme de chacune d'entre elles (dont l'utilisation de mon téléphone) et de vérifier l'utilité de chacune d'elles. Efficacité garantie (je voulais trop conserver les bienfaits de ce qu'induit la réalisation de ce challenge), et prise de conscience déstabilisante !


 - Mercredi


Déjà le milieu de semaine. Et pas des moindres ! Gros changement personnel : ce jour-là -qui était auparavant consacré à mon travail- se trouve désormais consacré à mon fils !  Et si ce challenge pouvait également être l'occasion de ne plus m'éparpiller sur tout et rien à la fois au cours d'une journée aussi importante pour moi en tant que Maman ? Et si ce challenge était  plutôt l'opportunité de me consacrer entièrement à mon petit garçon, et de profiter pleinement de bons moments ensemble, puisque avec une garde plus importante, mon temps privilégié avec lui se trouve restreint ?

Par conséquent, aujourd'hui, si je devais résumer cette journée, je vous dirais que ce fut la plus lumineuse de toutes ! En effet, apprendre à faire les choses les unes après les autres m'a appris à être à 100% dans chaque chose que j'entreprends. Le plus grand impact : ma relation avec mon propre enfant ! Dès que j'étais avec lui, de son réveil jusqu'à son coucher de sieste, et rebelote pour son lever en fin d'après-midi jusqu'au début de soirée, j'étais totalement avec lui, sans jamais le faire passer après un écran tactile. Seules les toilettes ont eu ce pouvoir sur lui... Je le reconnais :-p Plus sérieusement, c'est bête, mais je trouve ça énorme, de nos jours, de mettre de côté ces petits appareils qui prennent pourtant beaucoup de place dans notre quotidien et dans nos habitudes ! Pas vous ?

- Jeudi



Aujourd'hui, je comprends que les mauvaises habitudes ont quand même de la graine... Je m'apprête à regarder mon téléphone en m'installant dans la cuisine quand je retombe sur ce post-it qui me rappelle à l'ordre illico presto. De nouveau, je choisis de repousser la tentation de démarrer la journée sur les chapeaux de roues, avec constamment plusieurs actions en même temps. Allez, je commence comme il faut la journée en prenant le temps. Grande respiration et au diable le téléphone. Comme un signe d'encouragement sur cette résistance à la facilité et aux habitudes qui ont la vie dure, ce petit-déjeuner s'est transformé en matin-câlin avec l'une de mes petites chattes, qui n'a pas arrêté de se frotter à moi et de me tenir compagnie !

Réflexion personnelle : comment aurais-je pu lui apporter ce qu'elle recherchait, collée à mon écran ? Et je viens de réaliser que, depuis la naissance de mon petit, mes "fifilles" ont un peu été mises de côté, et que nos moments privilégiés n'étaient plus aussi nombreux qu'avant. Et si je pouvais changer la donne lors de ces matins calmes, sans le petit à côté de moi qui les fait fuir, et moi me consacrant un peu à elles pour un échange de tendresse et de douceur ? Rien de mieux pour commencer la journée que de se doper à la "ronron-thérapie" !

Si le début de la journée a commencé par un rappel à l'ordre dans l'instauration de mes nouvelles habitudes, le reste de la journée en fut de même : j'ai été testée, en souhaitant avancer le plus de choses en même temps, mais étant donné que ces quatre derniers jours m'ont permis de réellement devenir consciente des actions que je fais au travers de la journée, j'ai pu me reprendre correctement, et consciemment, systématiquement, sans ressentir une quelconque déception ni sentiment de découragement. Je comprends que ce n'est pas parce que je suis sur plusieurs actions à la fois que j'avance plus vite et mieux : au contraire, même. Allez, on y croit !

- Vendredi :


Y a pas à dire, j'apprécie vraiment ce moment détente à l'occasion du p'tit-déj', où je me consacre réellement et consciemment à nourrir mon dynamisme pour le reste de la journée. J'apprécie ce moment de douceur où, en commençant à prendre le temps, je sens que je me mets dans d'excellentes conditions pour entamer ma journée. J'apprécie ce nouveau rapport à moi qui me permet de m'organiser et de prioriser les tâches que je dois réaliser dans la journée. J'apprécie le fait de moins perdre de temps qu'auparavant (en  consultant occasionnellement les nouvelles technologies, le temps que j'y consacre est beaucoup plus utile et productif, que lorsque je les utilisais toutes les cinq minutes pour zéro nouveauté et 10 minutes à faire défiler un fil d'actualité par pure habitude machinale). Et il est évident que je m'applique de plus en plus naturellement et spontanément à reproduire ce moment-là au cours d'autres moments de la journée. La pause déjeuner en est l'illustre exemple ! Et si j'arrêtais de courir après quelque chose qui ne m'est pas d'une importance capitale, contrairement à mon action première : manger ?

Aussi, je me rends de plus en plus compte qu'en prenant le temps de faire les choses, je les fais plus efficacement car pleinement, ce qui donne un résultat de qualité incomparable à celui d'auparavant où je tentais de faire "vite et bien" (ce qui me semble pourtant bien souvent incompatible). Fini les mains maladroites qui font tout tomber quand je cherche à accélérer parce qu'étant concentrée sur autre chose, je ne parviens pas à accomplir correctement la première tâche que j'aurais pourtant dû terminer bien avant ! Bonjour le cercle vicieux : ouf, aujourd'hui, j'instaure le cercle vertueux ;-)

- Week-end :


Grosse appréhension sur l'organisation tout autre qu'induit le week-end en comparaison au reste de la semaine : retrouvailles en famille, avec un rythme forcément différent : nous sommes 3 à vivre ensemble et en même temps. Alors, et si tous ces efforts finissent par être vains ? Et si, malgré ma lutte contre ces habitudes tenaces qui me sont néfastes, étant forcément confrontée à elles par le biais de mon conjoint qui les a lui aussi, je rechutais ? Ce ne sont pas quelques jours de challenge qui suffisent à une complète détox...

Bilan : malgré de nombreuses interrogations et de gros doutes, à priori, mon mental a bien saisi l'importance de la qualité de mes actions et de mes rapports, alors pour rien au monde je n'ai renoncé à mes efforts au cours du week-end test ! Bien au contraire ! Et je me suis éclatée à ne consulter mes affaires personnelles et professionnelles qu'une fois le petit à la sieste et couché pour la nuit, me laissant l'opportunité d'échanger et de partager au maximum des moments familiaux  vraiment précieux avec lui ! Je suis enchantée d'avoir su me déconnecter d'un processus qui accapare mes pensées et mes actions, sans que je ne parvienne à prendre un quelconque plaisir dans les tâches que je réalise (qu'elles soient de nature personnelle ou professionnelle), et sans me permettre de me sentir satisfaite de les accomplir. Fait incroyable : en affrontant champs de bataille par champs de bataille, je me sens nettement moins tourmentée, moins dépassée et moins fatiguée qu'en bataillant sur tous les fronts à la fois ! Gloups !

Conclusion : 


Prendre le temps de faire les choses est véritablement à expérimenter, surtout de nos jours, notamment avec toutes ces technologies qui bloquent nos pensées et nos actions.

Par cette expérience, je me suis clairement rendue compte, pour ma part, de combien je pouvais me laisser happer par des futilités, des choses qui ne méritent pas toute mon attention aussi régulièrement, ou si elles doivent l'obtenir, elles l'ont un temps donné, ni plus ni moins.

Cela demande une certaine motivation et conviction pour aller à l'encontre d'habitudes auxquelles on ne réfléchit pas ou tout simplement plus, de les admettre, de les reconnaître, d'y prêter attention et de se ressaisir quand on se voit de nouveau submergé.e par ces illusions qui prennent du temps et de la réflexion, et qui condamnent d'autres actions plus importantes à privilégier.

  • Je veux passer plusieurs coups de fils ? Je me bloque un créneau où je me consacre à mes appels téléphoniques, pour offrir une communication de qualité à mes interlocuteurs
  • J'ai plusieurs textos à envoyer ? Je me fais un listing de messages à envoyer, et en fin de journée, je trouve un créneau pour les envoyer un à un
  • Je repasse ou fais le ménage ? Je mets de côté tout ce qui peut me déconcentrer : ce serait perte de temps et même dangereux (les accidents sont très vite arrivés !)
  • Dès que j'ai des idées à développer, au lieu de m'interrompre dans ce que je fais, je note brièvement de quoi il retourne pour ne rien oublier et développe plus tard, quand je peux m'y consacrer pleinement, une fois après avoir terminé la précédente tâche : cela m'évite de me perdre et de prendre du temps pour m'y remettre
  • Je consulte les réseaux sociaux et mes e-mails après le petit-déjeuner, après le déjeuner et après le dîner : rien ne sert de consulter entre temps, je ne pourrais m'y consacrer qu'en diagonale, et il me faudra forcément m'y reprendre à deux fois : quel est l'intérêt ?

Personnellement, ce que j'y ai gagné ?

- un temps incroyable : en agissant de la sorte, on apprend à prioriser, à voir ce qui vaut la peine ou non, à faire le tri et à s'établir un programme que l'on tient. En agissant de la sorte, vous saisirez par vous-même la différence entre "être occupé" et "être productif"

- une qualité de vie exceptionnelle : prendre le temps de faire les choses les unes après les autres, c'est se rendre compte de ce que l'on fait, de comment on le fait et se donner toutes les chances de bien le faire du premier coup en s'y consacrant pleinement (rien que ce rapport à la nourriture est complètement hallucinant ! Bonjour le plaisir de manger et la sensation de satiété que je n'avais plus car mon esprit était trop occupé à tout autre chose. L'effet bonus ? Adios l'envie de grignoter une heure trente après la pause déjeuner !)

- une qualité relationnelle inestimable : ne serait-ce que dans l'état d'esprit et émotionnel que je partage avec mon enfant, avec mon conjoint, avec mes ami.e.s... Parce que je suis à 100% avec eux, et non pas la tête ailleurs, à n'écouter qu'à moitié ce qui se passe autour de moi

Parce que prendre le temps, c'est être dans le présent

 

A vous de jouer !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire